Avant toutes choses, je tiens à préciser que ce cours de photos n'a pas pour but de vous donner les 100% de connaissances pour tous les appareils photos et la photographie, mais de vous donner les bases nécessaires pour prendre une photo un minimum construite.


Le cours est constitué comme suit :


1) Description basique de son appareil (compact, bridge et reflex)

2) Description des quatres variables de son appareil (ISO,Vitesse d'obturation, Ouverture du diaphragme, Focale)

3) Description des règles de composition (Règle des tiers, Luminosité, Mise au point)

4) Description des accessoires (Objectifs, Carte, Batterie, Flash, Télécommandes, Filtres, Trépieds, Sac et sacoches)





- - - - - -
haut retour sommaire de page

1) Description basique de son appareil (compact, bridge et reflex)


Nous allons commencer par la description des compacts. Tout d'abord un compact se compose en général d'un boitier compact simplifié (bouton de démarrage, de zoom, le déclencheur, le bouton de visionnage, le bouton de menu et de suppression et une croix directionnelle pour naviguer dans les menus.), un objectif à faible grossissement(1x à 5x), un grand écran arrière, une dragonne et des fois un flash intégré.

appareil photo numérique apn canon compact compacte

Un compact n'a pas vraiment de réglages demandés à l'utilisateur, en effet, en choisissant dans le menu le type de photo que l'on veut faire , l'appareil adapte les réglages à la situation automatiquement. Dans la même idée de simplicité, les compacts intègrent des ''ajouts'' sur les photos tels que des cadres ou des images (chapeau de clown, étoiles, etc...). En moyenne les compacts sont à 6 megapixels.


Nous allons maintenant parler un peu des bridges. Pour commencer, on prend un appareil photo compact et on y ajoute plusieurs choses. Les bridges sont à mi-chemin entre les compacts et les reflex, d'où leur nom qui signifie ''pont'' en anglais. Déjà, Les bridges ont un zoom beaucoup plus conséquent qu'un compact, en général le zoom se trouve à 15x au maximum. Certains bridges ont d'ailleurs des petits objectifs interchangeables, mais leur nombre est assez réduit. Le capteur est d'ailleurs un peu plus grand et de meilleure construction. Autre évolution importante entre compact et bridge est la possibilité de ''débrayer'' l'appareil (aussi appelé mode M), un peu comme sur un reflex.

appareil photo numérique apn canon bridge G12

Tandis que les compacts ne possèdent pas tous un flash, les bridges eux, en ont un sauf en de très rares exceptions. Là où le compact a en moyenne 6 megapixels, le bridge lui, est plutôt à 10 megapixels.


Nous continuons l'évolution des appareils photos pour atteindre la dernière étape : le Reflex. En premier lieu, un reflex, n'est pas un seul bloc. Il se compose d'au moins 2 éléments de base : le boitier et l'objectif.

appareil photo numérique apn canon Reflex réflexe 5DII 5D mark II

La qualité photo et les performances du reflex vont donc être déterminées par ces deux éléments. Tout ce qui touche à la taille des photos, à la capacité à bien rendre les couleurs, à l'autofocus, à la vitesse de la rafale de photos et aux différents réglages sont associés au boitier. L'objectif lui, est associé à la qualité optique (distortion, piqué, aberration chromatique), la focale et la luminosité.
Les Reflex ont tous la possibilité de changer d'objectifs et ont souvent un parc optique très bien fourni, ce qui signifie qu'il y a une grande gamme d'objectifs. Certaines marques ont d'ailleurs un parc optique plus étendu que d'autres (Canon, Nikon, Sigma bien qu'il ne fasse pas vraiment de boitier photo).

appareil photo numérique apn sigma optiques lenses objectifs
Reproduction autorisée par SIGMA


Le fait de pouvoir changer d'objectifs facilement et d'avoir une large gamme est une grande partie de la force des Reflex. Celà permet de s'adapter à toutes les situations : faible luminosité, petite et longue focale. Autre point fort des Reflex, le capteur. En effet, les capteurs de Reflex sont plus grands et mieux construits que ceux de compact et bridge. Ayant un capteur plus grand, la quantité de pixels peut être augmentée et une meilleure qualité en haute sensibilité ISO. Autre point important des Reflex est la très grande réactivité pour zoomer/dézoomer ainsi que pour la mise au point grace à des bagues manuelles qui se trouvent sur l'objectif.
Comptant aussi pour la réactivité, ce sont la rafale et la mise au point. Là où le compact ne fait qu'une photo, voir deux photos par seconde et le bridge deux ou trois, les reflex montent jusqu'à dix photos par seconde. Pour des photos animalière, d'action ou de sport, une rafale rapide est importante, pour bien fixer l'action. De même que la mise au point, car si la mise au point se fait derrière le sujet, la photo est râtée. Les compacts là aussi sont à la traine, là où le Reflex fait la mise au point en moins d'une demi-seconde entre le déclenchement et la prise de photo, le bridge fait moins d'une seconde, mais les compacts peuvent aller jusqu'à deux secondes.


Tableau comparatif des types d'appareils photos :

Caractéristique Compact Bridge Reflex
Encombrement Faible (tient dans une poche de chemise) Moyen (l'équivalent de ses deux poings fermés) Grand (varie de la taille de 1/2 L à la taille d'une valise complète(1))
Poids Très léger (moins de 200g) Léger (entre 100 et 400g) Lourd (entre 500g et plusieurs kilos(1))
Simplicité d'utilisation Très simple Très simple à moyen, peut nécessiter de lire le manuel Moyen à compliqué, nécessite de lire le manuel
Taille des photos(2) Entre 6 et 10 megapixels Entre 8 et 14 megapixels Entre 10 et 22 megapixels
Taille du capteur 4.29 x 5.76mm 5.7 x 7.6mm 24 x 36mm
Qualité optique Faible Entre faible et moyenne Dépend de l'objectif
Vitesse d'obturation 1/1'500ème jusqu'à 15 secondes 1/4'000ème jusqu'à 15 secondes 1/8'000ème jusqu'à 30 secondes + pose longue(b ou bulb)
Ouverture de diaphragme F/2.8 à F/5.9 F/2.8 à F/11 F/1.2 à F/35(3)
Longueur focale(4) 28-112mm 24-840mm 8-3'840mm(5)(6)
Sensibilité ISO(7) 80-1'600 (400) 80-3'200 (800) 50-25'600 (6'400)
Type de visée Par écran arrière Par écran arrière ou viseur déporté Par écran arrière ou Pentaprisme TTL(à travers l'objectif)
Flash intégré Oui, portée moyenne : 4m Oui, portée moyenne : 7m + griffe porte-flash Pas toujours, portée moyenne : 12m + griffe porte-flash
Mode vidéo Oui, en moyenne 640 x 480p, 30 img/s Oui, en moyenne 1280 x 720p, 24 img/s Pas toujours, 1920 x 1080p, 30 img/s
Types fichiers photos JPG JPG + RAW(pas toujours) JPG + RAW
Connections Mini USB 2.2 Mini USB 2.2, mini-HDMI, sortie A/V (PAL/NTSC) Mini USB 2.2, Mini-HDMI, sortie vidéo (PAL/NTSC), prise télécommande externe, mini jack pour micro stéréo
Type de carte mémoire(8) SDHC SDHC SDHC, CF
Capacité batterie(9) 240 photos 370 photos 1'000 photos
Prix moyens(10) 62.00€ à 241.00€ 163.00€ à 410.00€ 364.00€ à 5'597.00€(11)
(1) en fonction de la quantité d'objectifs . (2) en moyenne en 2011 . (3) dépendant de l'objectif . (4) équivalent en 24x36 aussi appelé capteur plein format . (5) dépendant de l'objectif . (6) la focal la plus longue a étée obtenue avec un téléconvertisseur 2X, l'objectif Canon 800mm et un crop capteur de 1.6x(capteur APS-C) . (7) la valeur entre parenthèse donne une idée de la valeur maximum conseillée avant d'avoir trop de bruit ( déteriorant la photo), cette valeur changeant à chaque appareil cette valeur n'est donnée quà titre indicative . (8) les plus fréquemment utilisées . (9) batterie de base, photo à 23 °C, 50 % en ambiance, 50 % au flash . (10) Prix moyen trouvé sur internet, site fabriquant. appareil le moins cher et le plus cher de la catégorie (le 3 juillet 2011) . (11) boitier nu, sans objectif .





- - - - - -
haut retour sommaire de page

2) Description des quatres variables de son appareil (ISO,Vitesse d'obturation, Ouverture du diaphragme, Focale)

Nous allons commencer cette partie par montrer trois petits graphiques représentant trois variables par paires : - vitesse et ouverture - iso et ouverture - vitesse et iso

graphique photo vitesse obturation diaphragme ouverture

Comme nous le montrent les graphiques, La luminosité change linéairement avec les 3 variables. Celà signifie que pour un cran de vitesse supplémentaire, on peut descendre un cran d'ISO ou de diaphragme. Par exemple : J'ai une vitesse de 1/125ème de seconde, une ouverture à F/3.5 et 400 ISO. En passant à 1/160ème, pour garder la même luminosité je peux soit passer à F/3.0 ou 800 ISO. Et ça marche dans les 2 sens avec les 3 variables.

À partir de cette petite introduction nous allons commencer par parler des ISO.

Tout d'abord, que sont ces ISO ? C'est tout simplement la valeur d'amplification du signal qui vient du capteur. Le signal de base est à 100 ISO, ensuite 200 ISO signifie que le signal a été doublé, 400 iso, le signal de base à été multiplié par 4 et ainsi de suite. Arrivé à un moment, le signal va saturer, c'est à ce moment qu'apparait le Bruit numérique. Le bruit numérique arrive peu à peu, le ''seuil critique'' ( le moment où le bruit est tellement présent qu'il dégrade sévèrement la photo) dépend de chaque appareil, certains auront un seuil très bas (400 ISO pour les compacts par exemple) tandis que d'autres auront un seuil très haut (6'400 ISO pour certains reflex). Cette valeur de seuil dépend de plusieurs choses :
- la taille du capteur
- le nombre de megapixels
Si on a un petit capteur mais pleins de megapixels, le seuil va être bas car les cellules du capteur (les photosites) seront plus petites donc plus facilement saturées.
Si au contraire, on a un grand capteur avec peu de megapixels, le seuil va être très haut.
Prenons deux exemples extrêmes : si on a un capteur minuscule de 2x3mm avec 20 mpixels, on risque de voir du bruit dès 110 ISO. Si on prend maintenant un capteur plein format (24x36mm) et qu'on ne lui mets que 1 pixel, le bruit va apparaître après plusieurs millions d'ISO.

Ceci ne sont bien évidemment que des valeurs théoriques.


Abordons maintenant la variable de vitesse d'obturation. Tout d'abord, la vitesse d'obturation dépend de la vitesse maximum de l'appareil pour remonter le miroir, ouvrir le rideau du capteur, prendre la lumière avec le capteur, fermer le rideau du capteur et remettre le miroir.
Tout d'abord, que sont ces mirroirs et rideaux ? Le miroir, c'est simplement la pièce mi-transparente et mi-réfléchissante qui vous permet de voir ce que vous voulez prendre en photo dans le viseur. Un mirroir est présent sur certains bridges et sur les réflex, les compacts en sont dépourvus. Les rideaux, ce sont en fait de fines et légères lamelles qui recouvrent le capteur quand on ne doit pas prendre de photos. Et ces rideaux s'écartent lorsque l'on doit prendre la photo (que le capteur doit prendre la lumière).

Plus un appareil a une vitesse d'obturation rapide, plus l'appareil peut fixer un mouvement rapide. À contrario, si l'appareil n'est pas assez rapide, la photo sera floue. Aussi, plus la vitesse est élevée, moins le capteur aura le temps de prendre de la lumière, donc la photo sera plus sombre. Il faut aussi tenir compte que pour une focale donnée, en général il ne faut pas descendre en dessous d'une certaine vitesse. Cela se ''calcule'' très rapidement : si la focale fait 244mm, il faut mettre la vitesse au minimum à 1/250ème (le cran le au-dessus le plus proche en vitesse). en revanche, en dessous de 50mm, on reste à 1/50ème au minimum, cela à cause des tremblements du corps.


Avant-dernier point pour cette partie du cours, l'ouverture du diaphragme.
Cette variable permet de jouer sur l'arrière-plan, la zone de netteté et la luminosité. L'arrière-paln et la zone de netteté étant la même fonction, à savoir quelle va être la distance pendant laquelle nous allons avoir le sujet net. Par exemple, avec une ouverture de F/1.4 à environ 1m de distance et une focale(nous reviendrons sur ce thème au dernier point.) de 50mm, la zone de netteté sera de l'ordre de 5 cm à peine. Ce qui fera que tout ce qui se trouve en dehors de notre zone de netteté sera flou. Cela permet d'avoir de beaux arrières-plans flous(aussi appelés ''Bokeh'' ou ''Fonds''). À l'inverse, avec une ouverture à F/22 et dans les mêmes conditions, notre zone de nettetée est proche de 1m.
Plus un diaphragme est ouvert, plus le chiffre est petit. Plus le diaphragme est fermé, plus le chiffre est grand.
Le fait de changer l'ouverture influence aussi sur la quantité de lumière : un diaphragme ouvert laisse passer la lumière en grande quantité, tandis qu'un diaphragme fermé n'en laisse que peu passer.
Il faut donc apprendre à jongler en fonction de la luminosité, de la taille et la vitesse de notre sujet, de la manière dont nous voulons le faire ressortir du fond afin de pouvoir choisir les valeurs de vitesse et d'ouverture (les ISO ne bougeant que rarement).


Dernier point de l'explication des variables de l'appareil photo : la focale.
La longueure focale, c'est la distance entre l'image virtuelle frappant la surface de la lentille frontale de l'objectif et l'image virtuelle qu'enregistre le capteur.

Pour comparaison, l'oeil humain a une distance focale approximative de 50mm. Donc une focale courte permet d'agrandir son champs de vision et une longue focale permet de réduire son champs de vision. Autrement dit, en focale inférieure à 50mm, on a une vision large et quand on est au dessus de 50mm, on rapproche le sujet, on le grossit. On parle d'ultra-grand-angle (aussi abrégé UGA) quand la focale est inférieure à 21mm; de grand-angle entre 35 et 21mm; de trans-standard entre 35 et 70mm; de longue focale entre 71 et 500mm; de très longue focal pour au dessus de 500mm.





- - - - - -
haut retour sommaire de page

3) Description des règles de composition (Règle des tiers, Luminosité, Mise au point)

Après le cours plutôt orienté matériel et réglage de l'appareil, nous allons voir comment composer sa photos par 3 règles simples.
Déjà, la règle des tiers. Comme son nom l'indique, nous allons composer la photo selon 4 lignes et 4 points importants :

graphique photo vitesse obturation diaphragme ouverture

Pour transcrire cette illustration en mots, disons simplement que lors de la prise d'une photo, si le sol nous intéresse nous mettons celui-ci sur 2/3 de la photo et 1/3 de ciel, si c'est le ciel qui nous intéresse, il suffit d'inverser : 2/3 de ciel et 1/3 de sol. Pareil à gauche et à droite avec leurs éléments, ça c'est pour les lignes.
Maintenant, pour les points, c'est tout aussi compliqué : il nous suffit de placer le point important de notre sujet (oeil, noeud, centre, etc...) sur le croisement de deux lignes des tiers : on l'appelle le ''point chaud''. Par exemple, une photo d'oiseau regardant à droite, on va placer l'oeil sur le point haut à gauche, afin de laisser de l'espace pour le regard pour pas que ce dernier ne se retrouve bloqué par le bord de la photo. En laissant 1/3 de sol et 2/3 de ciel, on accentue la capacité à voler à l'oiseau, le ciel est son royaume. J'en conviens, cela peut sembler peu de choses mais c'est ce qui donne de la dynamique à la photo. En général, les format de photos sont en format 2/3, ce n'est pas un hasard.

On dit souvent qu'il ne faut pas centrer (la ''pleine pastille'' comme on l'appelle) mais, quand on fait une composition symétrique, ça permet de renforcer la symétrie recherchée. On dit aussi que faire des formats carrés casse la règle des tiers, mais un format carré va très bien pour une symétrie centrée justement.


2ème point de cette partie du cours : La luminosité, là encore relativement simple. Il suffit de ne pas avoir de zone ''bouchées''(noires) et pas de zones ''cramées''(blanche). Par exemple, un ciel complètement blanc et une maison bien éclairée ou alors un pont où le dessous est complètement noir mais le ciel détaille bien ses nuages. Pour celà, sur un bridge ou un reflex, il suffit de regarder la petite échelle graduée sur laquelle se déplace un curseur en fonction d'où on pointe l'appareil : c'est l'échelle de luminosité. Si le curseur est bien au centre, la luminosité est équilibrée, si au contraire le curseur penche d'un côté ou de l'autre, c'est qu'il faut corriger, au risque d'avoir une mauvaise luminosité (si le curseur part vers la gauche; c'est trop sombre, si il part à droite, c'est trop clair.).


Dernier point de cette partie : la mise au point. De base, la mise au point (la ''MAP'') doit être faite sur le sujet. Si celui-ci en a, sur le ou les yeux car c'est le point le plus important des être vivants.
(Quand on fait la mise au point trop devant ou trop derrière le sujet, on dit en général que la mise au point a été faite dans les choux.)

Cette partie du cours n'était pas bien longue ni compliquée, pourtant, c'est la base de la photographie.





- - - - - -
haut retour sommaire de page

4) Description des accessoires (Objectifs, Carte, Batterie, Flash, Télécommandes, Filtres, Trépieds, Sac et sacoches)

Dernière partie du cours photo : les accessoires. Et il y en a une grande quantité, de la carte-mémoire wifi au caisson sous-marin. Mais pour mettre un peu d'ordre et pas donner toutes ces informations pêle-mêle, voici la liste :

- les objectifs
- les cartes-mémoires
- la batterie
- les flashs (intégrés ou pas)
- les télécommandes (surtout pour les reflex)
- les filtres
- les trépieds et monopodes
- le transport et la protection de notre matériel.

- - -
Les objectifs. Je ne vais pas faire une description détaillée de tout les objectifs du marché, simplement les plus utilisés ainsi que quelques objectifs spéciaux.

Tout d'abord, l'objectif de base des réflex : le 18-55mm F/3.5-4.5. C'est un objectif trans-standard basique, il n'est pas formidable, mais il est passe-partout, pas très cher, pas très lourd, peu encombrant. En un mot, il est parfait pour débuter avec un reflex.

Ensuite, il y a le 50mm ''superlumineux'' à F/1.4, optique(objectif) parfaite pour du portrait et/ou en conditions de faible luminosité, cette focale est aussi intéressante car très facile à construire, donc peu chère(c'est en général la moins cher de la gamme) et ayant la focale proche de celle de l'oeil humain.

Après, nous pouvons avoir un 55-200 ou 70-300 F/4-5.6 comme longue focale, pas très cher, ni très encombrant ou lourd et faisant la jonction avec l'objectif de base, cette optique est rapidement achetée par ceux qui veulent voir plus loin. Certains, comme le 70-300mm de chez sigma, ont même un mode ''macro'' pour pouvoir réduir la distance de l'appareil et du sujet afin de le grossir un peu (du moins d'approcher le rapport 1:1).

Passons maintenant avec des objectifs de qualité nettement supérieure aux objectifs de base. Tout dabord les séries ''L'' (bagues rouges) chez Canon, les séries ''EX'' de chez Sigma et les séries ''VR'' chez Nikon. Tout d'abord, un transtandard : le Canon 24-105mm F/4L. il reste à la même ouverture (même luminosité) lorsque l'on change la focale. Outre sa très bonne qualité optique, il a un mode macro qui permet de se mettre à quelques 20 cm de son sujet.

Dans les longues focales, il existait un 1'200mm F/5.6 mais maintenant il y a un Sigma EX 800mm F/2.8. C'est un objectif véritablement énorme qu'il faut obligatoirement utiliser sur support.

Toujours chez Sigma : le Fisheye 8mm F/3.5 EX qui permet de faire des photos demi-sphériques à 180°, si on n'y prend pas garde, on peut facilement se photographier les pieds sans s'en rendre compte.

Entre ces deux derniers extrêmes, il y a le série ''G'' 17-70mm F/2.8, de chez Nikon un zoom polyvalent, qui fait lui aussi son poids.

Dans les longues focale, il y a aussi le fameux ''blanc à col rouge'' de chez Canon, le 70-200mm F/2.8L IS USM II. celui que tous les utilisateurs de Canon ou presque aimeraient avoir.

Après avoir regarder loin, regardons de près et toujours chez Canon, il y a le fameux 100mm macro F/2.8L.

Ou, pour aller beaucoup plus loin, le MPE-65mm F/2.8 de chez canon, là où les objectifs vont jusqu'au rapport 1:1 pour la macrophoto, le MPE va jusqu'à 5:1 (donc, 5x la taille de l'objet par rapport à sa taille réelle sur le capteur, si en plus on lui met un téléconvertisseur 2x, il grossit presque aussi bien qu'un microscope.

Dans les objectifs particulier, citons aussi le 24mm Tilt-Shift, qui permet plusieurs choses : redresser une perspective et donner un effet ''maquette'' aux photos.

Voilà pour quelques objectifs de base et quelques objectifs spécifiques.

- - -
Parlons maintenant des cartes mémoire. Pour les Compacts et les bridges, on utilise en général des cartes au format SD, SDHC, MMC, Memory Stick et memory stick pro duo. Les Memory Stick et memory stick pro duo sont spécialements conçues et uniquement utilisées par Sony. Les cartes SDHC sont la version grande capacité des cartes SD, ces dernières ne dépassant pas les 4Go.
Pour les reflex, il y a les mêmes format de cartes, mais viennent s'y ajouter les cartes CF (Compact Flash). En 2011, les capacités des cartes vont de 2Go jusqu'à 64Go et les vitesses de transfert jusqu'à 60Mo/seconde. Certaines cartes ont d'ailleurs un module wifi intégré afin de décharger la carte au fur et à mesure sur un ordinateur proche. Les marques de cartes sont en général Sandisk, Lexar et Sony.
Là où une carte de 2 ou 4Go de base (6Mo/seconde) suffit amplement pour un compact, il vaut mieux prendre une carte de 4 ou 8Go en Ultra II (15Mo/seconde) pour les bridges et les reflex d'entrée de gamme. Pour les Reflex gourmands, si le format le permet, il vaut mieux prendre des cartes CF de 16Go en Extrem III ou Extrem IV à 60Mo/seconde.

- - -
Une partie rapide à propos des batteries. Les compacts en ont une à faible capacité, les bridges une moyenne capacité et les reflex une grande capacité et la possibilité d'avoir plusieurs batteries grâce à un ''grip''(un objet que l'on visse sous le boitier et dans lequel on a un ''rack'' pouvant contenir 2 batteries ou 6 piles). Il faut compter entre 1 et 5 mAh par photo prise, ce qui fait qu'une batterie pleine de 2'000mAh peut faire entre 2'000 et 400 photos, dépendant de l'utilisation du flash, de l'autofocus, du zoom, de l'utilisation de l'écran arrière etc...

- - -
Les flashs, qu'ils soient intégrés ou externes sont des gouffres à électricité, donc il vaut mieux prévoir des piles ou batteries de rechange. Les flashs intégrés sont au mieux 5x moins puissants que des flashs externes et au pire 25x moins puissant. Autre différence, on ne peut pas orienter les flashs intégrés, mais ils sont nettement moins grands. Un bon Flash externe peut aller jusqu'à 50m et régler automatiquement la puissance qu'il doit donner à l'éclair de flash.
Les flash sont très utiles dans des conditions de faible luminosité mais aussi en plein soleil, par exemple en contr-jour cela permet de ''déboucher les ombres'' : ne pas avoir une silhouette toute noire et un ciel bleu, mais d'avoir des couleurs et texture à la place de la silhouette noire. Il permet aussi, si il est bien utilisé, de faire ressortir la texture par exemple d'un mur de crépis en le positionnant en lumière rasante.

- - -
Les télécommandes sont extrêmement utiles dans les cas de pose longue : pour ne pas faire trembler l'appareil lorsqu'on le déclenche (mais on peut toujours utiliser le retardateur pour les cas de pose longue sans avoir besoin de déclenchement instantanné). On peut aussi utiliser les télécommandes lorsqu'on utilise des longues focales et que l'on est en vitesse lente par rapport à la longueur focale. On peut aussi trouver des déclencheurs automatisés, qui prennent une photo toutes les X secondes, c'est un petit boitier extrêmement utile pour faire des vidéos en timelapse (ce sont des vidéos dont les images sont prises plus lentement que leur vitesse de rendu (par exemple, une photo par seconde et ensuite, remettre 24 photos par seconde pour avoir la séquence vidéo)).

- - -

photo exemple filtre polarisant avec / et sans
Les filtres, qu'ils soient colorés ou polarisants peuvent changer radicalement une photo. Prenons l'exemple du polarisant et du filtre gris neutre. Un filtre polarisant polarise la lumière(comme son nom l'indique) et permet, de faire ressortir les bleus du ciel, d'enlever ou d'augmenter les reflets sur des surfaces non métalliques comme la surface de l'eau ou les vitres. Il permet aussi d'assombrir un peu la photo (on perd l'équivalent d'un cran ou deux de luminosité) et d'ajouter des contrastes. Le filtre Gris neutre lui, agit simplement comme assombrisseur. Suivant la densité du filtre gris, on peut perdre jusqu'à l'équivalent de 10 crans de luminosité. ce qui est utile lors des poses longues de jour (mouvement de l'eau par exemple).

- - -
Les trépieds et monopodes, bien qu'ils soient un peu encombrants offrent de grandes possibilités de prises de vues, pour la pose longue, pour avoir de la stabilité ou pour pouvoir supporter un lourd objectif. On peut bien évidemment prendre appui sur une barrière ou un muret ou d'autres choses encore, mais on n'en a pas toujours sous la main et on ne peut pas les tourner comme on le souhaite. Certains trépieds peuvent même enrouler leurs pieds autours de branches, tiges, tubes, etc... afin d'avoir des photos quelques peu acrobatiques. Même si les monopodes sont moins lourds et encombrants, ils sont moins stables que les trépieds.

- - -
Dernière partie : les protections et le transport. Les solutions sont nombreuses, on peut protéger l'écran arrière avec une vitre en plastique, on peut protéger la lentille frontale avec un filtre UV, bien qu'il existe quelques appareils à pouvoir aller sous l'eau à 1 ou 2m de profondeur, ils sont plutôt rares et cantonnés aux compacts. Aussi, pour pouvoir protéger son Reflex à 35m sous la surface, comment faire ? En utilisant un caisson étanche. Certains ne sont pas chers, tiennent 10m de profondeur sont légers et permettent même l'emport du flash, ce ne sont pas à proprement parler des caissons étanches, mais plutôt des sacoches étanches, un peu comme des sacs solides et transparents. Si on descend plus bas ou si on préfère la sécurité d'un vrai caisson, il en existe plusieurs sur le marché mais ils sont très chers et pour chaque nouvel objectif, il faut un nouveau ''hublot'', la partie du caisson associée à l'objectif.
Pour ce qui est des sacs et sacoches, en général, la première que l'on achète est une sacoche fourre-tout. Il faut la prendre suffisement grande pour mettre les batteries et cartes supplémentaires, objectifs, flash et évidemment le boîtier. Ensuite, en fonction de l'évolution du matériel certains préfèreront un ''slingshot''(une bandouillère-sac à dos que l'on peut faire rapidement basculer devant soi), un sac à dos ou garder le fourre-tout. Il y a 2 marques qui sortent largement du lot : LowePro et Kata grâce à leur résistance


Voici la fin de ce cours photos, j'espère qu'il vous aura été utile pour apprendre les bases de la photo ou compléter vos connaissances.
Il n'y a d'ailleurs pas de secrets, à partir de ces infos, la dernière (mais plus longue et plus dure) chose qu'il reste à faire, c'est de pratiquer la photo, comme on dit, c'est en forgeant que l'on devient forgeron cela s'applique très bien à la photographie.

Valid XHTML 1.1